vendredi 26 août 2011

Ce cher Catulle...

F. Rops Frontispice au Roman d'une nuit de C. Mendès, 1883

Notice bibliographique par Catulle Mendès en 1908
Cette comédie parodique, brutale et fantasque, espèce de petit mélodrame bouffe, n'a pas été écrite pour le théâtre et n'a jamais été représentée. Elle fût imprimée en 1861 dans la Revue Fantaisiste. Les lecteurs qui seraient curieux de détails anecdotiques plus nombreux jetteront les yeux sur la lettre ci-contre, publiée et qui précéda l'édition, à Bruxelles du Roman d'une nuit, en un petit livre devenu très rare.


"Mademoiselle et cher éditeur,
Vous voulez publier le Roman d'une nuit dans un de ces petits livres exquis, chers aux bibliophiles, et que les eaux-fortes de Rops rendent si précieux ?
J'y consent volontiers.
Oui, il me plaît qu'elle soit réimprimée, cette épouvantable comédie qui m'a valus jadis - oh! comme il y a longtemps, longtemps ! - les rigueurs de la justice et grâce à laquelle - à l'âge ingénu où il est si doux d'aller voir se déshabiller sous les branches les hamadryades de Meudon - j'ai passé un mois dans la morne prison de Sainte-Pélagie sous la surveillance hargneuse d'un guichetier appelé Vert-de-gris, en compagnie de cochers maraudeurs, de marchands de vin qui avaient mis de l'eau dans leur lait, de marchands de lait qui avaient mis de l'eau dans leur vin, et de jeunes voleurs de souliers."

C. Mendès par Léal de Camara pour L'assiette au beurre

[...]
"Or, vers ce même temps - c'est du plus loin qu'on se souvienne - un autre jeune homme appelé Catulle Mendès, tout frais arrivé de sa province et que n'avaient pas fait connaître les quelques vers publiés ça et là, venait de fondé une revue littéraire : La Revue Fantaisiste. Albert Glatigny s'avisa de l'aller voir et de lui apporter Les vigne folles. Une dédicace au crayon disait :

Voici les vers que dans mes courses
J'ai fait au hasard des chemins
 Ainsi que l'on boit l'eau des sources
dans le creux brûlant de sa main.

Le jeune homme de province lu le livre et fut émerveillé.
-Vous êtes un poète ! dit-il le landemain quand il revit Glatigny.
Celui-ci répliqua :
-Vous en êtes un autre !"

Extraits de la préface de "Le roman d'une nuit" de Catulle Mendès, H. Doucé Editeur, 1883 actuellement en vente à la librairie Lis Tes Ratures. 
Vous pouvez également y trouver ce texte dans le volume de Théâtre en vers des œuvres complètes de Catulle Mendès.